Restitutions Des objets congolais acquis pendant l’EIC : Thomas Dermine à Kinshasa pour commencer les pourparlers avec les autorités compétentes


Le secrétaire d’état Belge, Thomas Dermine chargé des questions politiques et scientifiques séjourne à Kinshasa la capitale de la République démocratique du Congo .

En visite officielle sur le sol congolais, ce diplomate belge a pour mission notamment, échanger avec les autorités congolaises en accélérant les travaux en vue de restituer les objets acquis pendant l’époque coloniale et à l’état indépendant du Congo, ( EIC) en sigle .

«Cette restitution vise la « reconstitution » du patrimoine congolais en République démocratique du Congo. Contrairement à d’autres pays, la Belgique ne veut pas imposer une liste d’objets prédéfinie. Tous les objets acquis par la Belgique pourront faire l’objet d’une étude de restitution.», indique notre source .

Cependant, une commission mixte sera chargée pour commencer ces démarches au début de l’année 2022 avec les trois objectifs importants dont :Identifier objets légitimement acquis, objets illégitimement acquis et objets dont l’acquisition fait débat.

Notons par ailleurs qu’une feuille de route a été représentée le mois de juillet dernier par le gouvernement Belge auprès des dirigeants congolais afin d’établir les différents processus pour actionner ces travaux.

Dans la dernière réunion du conseil des ministres tenue le vendredi dernier à Kinshasa, le chef de l’état congolais, Félix Antoine Thsisekedi avait instruit au gouvernement à s’impliquer sur le rapatriement des patrimoines culturels congolais .

« Le président de la République a souligné l’opportunité d’aborder la question du recouvrement de notre patrimoine notamment avec le musée royal d’Afrique centrale de Tervuren, qui regorge une grande quantité d’une valeur inestimable de nos plusieurs œuvres. Saluant la coopération des autorités belges, il a insisté sur la nécessité de voir ce processus du rapatriement s’inscrire sur une nouvelle politique culturelle fondée sur le respect mutuel », lisait Patrick Muyaya, ministre de communication et médias et porte-parole du gouvernement.

Pour rappel, la Loi n° 8 – 2010 du 26 juillet 2010 portant protection du patrimoine national culturel et naturel à son article premier stipule que : Le patrimoine national culturel et naturel est un héritage commun pour la nation congolaise. Sa protection, sa sauvegarde et sa valori- sation sont assurées par l’Etat.

Michée Efoya .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top