RDC: la MONUSCO reconnaît l’efficacité des forces de sécurité nationale et insiste sur la création d’un environnement protecteur pour la population


La Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo ( MONUSCO) a reconnu les avancées sécuritaires dans le pays tout en martelant sur la promotion des droits de l’homme. Ces célérités s’expliquent notamment aux travaux conjoints que mènent les militaires congolais et ceux des nations unies dans l’ensemble du pays .

Hier jeudi 30 décembre à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement congolais Patrick Muyaya a animé le tout dernier briefing de l’année 2021 devant la presse de manière conjointe avec la représente du secrétaire général des Nations-Unies dans le pays , madame Bintou Keita qui s’est également exprimée au sujet de cette organisation internationale implantée en RDC depuis plusieurs décennies.

Bien qu’elle n’a qu’une seule année supplémentaire en République démocratique du Congo, la MONUSCO reconnaît néanmoins les efforts qui sont fournis efficacement par les différentes forces de sécurité pour restaurer la paix et la sécurité dans le pays tout en défendant la liberté de l’homme dans toute son extension. Elle se dit également félicitée quant à l’avancement des questions électorales et démocratiques demeurant depuis longtemps fragiles, selon elle il y a de renforcements remarquables .

«Je continue de respecter pleinement les droits de chacun de critiquer la mission mais je souhaite de tout cœur que l’on puisse changer le narratif habituel et convenu sur notre travail (…) La reconstruction de l’État avance, la violence des groupes armés ne touche plus que 10% du territoire du pays. On parle de 3 provinces sur les 26 qui existent dans le pays. Les processus démocratiques et électoraux toujours fragiles se renforcent, les forces de sécurité nationale gagnent en compétences et en efficacité et la promotion et la défense des droits de l’homme trouvent un écho grandissant grâce à une société civile et constructive ” a déclaré Bintou Keita .

S’agissant du départ de la MONUSCO programmé au mois de décembre de l’année 2022, Bintou Keita veut un départ somptueux et responsable tout en respectant les engagements entretenus entre la volonté du Conseil de sécurité des Nations-Unies et celle des autorités congolaises.

«Néanmoins, pour partir de manière responsable et durable, il nous reste un travail à finir conformément à la volonté du Conseil de sécurité des Nations-Unies et de vos autorités. Il nous faut continuer à consolider l’autorité de l’État sur la totalité du territoire national et créer un environnement protecteur pour la population. Un environnement protecteur ça veut dire des policiers en mesure d’assurer le maintien de l’ordre partout, des militaires dédiés à la défense des frontières après avoir neutralisés les groupes armés nationaux et étrangers, une justice disponible pour régler les différends de manière pacifique et mettre fin à l’impunité. Et des services sociaux de base ; éducation et santé en tête, accessibles à tous. Tels sont les fondamentaux sur lesquels nous travaillons avec les autorités et nos partenaires », a fait savoir la représente de la mission ounisienne sur le territoire congolais.

Michée Efoya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top