France : Un homme de 26 ans viole une chèvre dans une ferme et repart avec


Il a avoué lors de sa garde à vue « préférer les chèvres aux femmes. »

Un homme de 26 ans a été interpellé ce lundi pour avoir volé et violé une chèvre à Chaintreaux (Seine-et-Marne) rapporte La République de Seine-et-Marne. Il a avoué aux gendarmes lors de sa garde à vue « préférer les chèvres aux femmes », avant de passer aux aveux précise Le Parisien. Cet homme est désormais poursuivi pour vol, sévices graves et actes de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif. Il risque jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

L’affaire a débuté lorsque la propriétaire d’une chèvrerie de Chaintreaux a constaté mercredi 11 mai au matin que l’un de ses animaux avait disparu. En consultant les images de ses vidéosurveillances, elle a aperçu deux hommes qui étaient entrés dans le box d’une chèvre. L’un d’entre eux l’a alors violée. Quelques dizaines de minutes plus tard, les deux complices sont repartis en direction de leur voiture. La propriétaire a déposé plainte et une enquête a été ouverte. Les gendarmes de la brigade territoriale de Lorrez-le-Bocage ont été saisis.

Il évoque un «consentement» de l’animal

Plus tard, la propriétaire est tombée sur le véhicule des voleurs qui était stationné sur le parking d’un supermarché à Souppes-sur-Loing. Les gendarmes ont identifié son propriétaire à l’aide de sa plaque d’immatriculation. La chèvre a été retrouvée dans le même temps, abandonnée sur une route. Le vétérinaire a constaté des lésions génitales et a réalisé des prélèvements.

Le propriétaire de la voiture a été interpellé ce lundi, tout comme son acolyte qui n’a pas tardé à reconnaître son implication dans cette affaire. Il a admis qu’il avait volé cette chèvre dans la nuit du 10 au 11 mai après avoir consommé de l’alcool, et que l’animal l’avait léché, une réaction qu’il a perçue comme un « consentement ». Son complice, qui s’est vu proposer la chèvre, a refusé.

L’homme sera jugé le 3 novembre prochain dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), le plaider-coupable, au tribunal correctionnel de Fontainebleau.