Le président de l’intersyndicale INAP Fidèle Kiyangi appelle le Ministre de l’EPST Tony Mwaba a retirer son tweet qualifiant la rencontre IGF-Syndicats d’un complot


Les relations entre l’Intersyndicale nationale de l’administration publique (INAP) et le ministre national de l’enseignement primaire, secondaire et technique(EPST), Tony Mwaba se gâtent.

Le Président de cette intersyndicale Fidèle Kiyangi a levé le ton contre le Professeur Tony Mwaba en lui demande de retirer son tweet qui qualifie la rencontre IGF-Syndicats d’un complot et les traitant de « non en règle ».

L’intersyndicale Nationale de l’Administration Publique a lu par les réseaux sociaux avec beaucoup de peine le message en format tweet de monsieur le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et technique, que dont la substance recèle que les syndicats reçu en catimini à l’occasion de la 6ème journée d’échange par l’inspecteur général des finances ne sont pas réguliers. De déclarer que nous sommes des syndicats non réguliers et nous avons été reçus en catimini, et nous demandons au ministre de l’enseignement primaire, secondaire et technique de retirer ses propos, sinon alors nous attendrons son rapport pour savoir qu’est ce qu’il reproche aux organisations syndicales qui sont des structures de la société civile, au même titre que les médias…», a déclaré Fidèle Kiyangi, président de l’INAP.

D’ajouter :

« l’activité a été couverte, nous pensons que le ministre Tony Mwaba a dépassé les limites. Il ne peut pas nous qualifier de non réguliers et dire qu’on nous a reçus en catimini, alors que dans cette activité que nous avons eu avec l’inspecteur général des finances, il y avait syndicats de l’EPST qui opèrent avec lui, qui dialoguent avec lui en longueur de journée… dire que nous sommes entrain de chercher à détruire son travail, nous ne savons pas d’abord le travail qu’il fait».

Tout est parti de la 6ème journée d’échange citoyenne organisée par l’inspection générale des finances avec les syndicalistes regroupés autour de l’INAP, le 19 mai dernier.

Tony Mwaba, de sa part, ne l’a pas vu de bon œil. D’après lui, c’est un fatwa monté contre lui pour déstabiliser l’EPST et déranger son travail.

«En attendant mon rapport officiel à qui de droit avec preuves à l’appui, je dénonce publiquement les réunions que ALINGETI tient en catimini avec les syndicats non en règle, pour déstabiliser L’EPST et déranger le travail abattu», avait-il écrit.