RDC : Sylvain Mutombo dévoile que c’est Kabund qui est l’auteur de l’arrestation de Kamerhe !


Bien qu’il soit, ces derniers temps, au dénouement qui n’est pas forcément total , le feuilleton de “ 100 jours ”, le tout premier projet lancé par le président de la République démocratique du Congo, Félix Thsisekedi avant que le gouvernement ( Sylvestre Ilunga) ne soit investi, perçu comme l’un de tous meilleurs moyens pour le chef de l’état de répondre aux attentes de la population congolaise , connu une débâcle inattendue est toujours entrain de susciter des réactions .

La dernière est celle de Sylvain Mutombo, ancien ministre délégué à La Défense ce vendredi 06 août à Kinshasa la capitale au cours d’une conférence de presse.

A l’en croire devant un parterre de journalistes et tant d’autres personnes auditrices , l’arrestation en 2020 de Vital Kamerhe , ancien directeur de cabinet de Félix Thsisekedi dans le dossier dit de » 100 jours » a comme responsable, Jean-Marc Kabund .

« Souvenez-vous que ce dernier [Kabund: ndrl ] a effectué une descente surprise, je ne sais en quelle qualité, dans les chantiers à Kinshasa en se faisant accompagner de quelques jeunes qui ont chanté « Kamhere muyibi » (, « Kamerhe voleur ») juste pour écarter toutes les personnes de bonne volonté qui étaient à côté du chef de l’Etat et qui pouvaient l’aider à réussir davantage son mandat», a-t-il révélé.

Dans la foulée, Sylvain Mutombo a traité Jean-Marc Kabund de « délinquant politique doté d’une incompétence notoire notamment au sein de l’Assemblée nationale » en rappelant les « dépenses de 7 millions USD non justifiés ».

Rappelons que Kamerhe, Jammal et Muhima, tous les trois condamnés par le tribunal de grande instance de la Gombe dans le cadre du procès 100 jours en 2020 ont tous été acquittés par la justice congolaise. Ils étaient accusés de détournements de plusieurs millions de dollars américains déboursés par l’état congolais pour construire notamment, les maisons préfabriquées avec également, la construction des saut-de-mouton pour palier le problème routier de la ville province de Kinshasa en proie, à des difficultés liées aux embouteillages intenses.