RDC : Kambere dénonce les menaces de F. Tshisekedi vis-à-vis de l’opposition


Le Secrétaire permanent adjoint du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Ferdinand Kambere, a réagi à la sortie médiatique du Président de la République, Félix Tshisekedi, lors de son séjour à Ndjamena, la capitale tchadienne.

Dans une interview accordée à nos confrères de 7SUR7.CD, Ferdinand Kambere pense qu’un chef de l’État ne peut pas menacer le peuple qu’il va remplir les prisons. Il estime que la position du président Tshisekedi est un recul de la démocratie.

« Un chef de l’État ne peut pas dire que vous ne pouvez pas me critiquer, je vais remplir les prisons. Il doit se rappeler aussi qu’il y a l’article 15 de la loi organique portant statut de l’opposition qui consacre une immunité aux membres de l’opposition lorsqu’ils s’expriment démocratiquement, lorsqu’ils donnent leurs opinions démocratiquement sur la gestion de ceux qui sont en train de diriger. Lui en tant que chef de l’État, il ne peut pas menacer le peuple qu’il va remplir les prisons, c’est inacceptable et c’est un recul de la démocratie », a dit Ferdinand Kambere.

À lui d’ajouter :

« C’est vraiment regrettable pour un chef de l’État qui vient de l’opposition et qui soit le premier à dénigrer l’opposition. L’opposition est toujours avec le peuple, c’est inacceptable de menacer le peuple. Je crois que le chef de l’État devra faire un effort pour relire de temps en temps quelques articles de la constitution. L’article 8 de la constitution stipule que les activités du parti, la lutte pour la reconquête du pouvoir, c’est des droits sacrés qui sont dans la constitution. Donc, les activités de l’opposition, les activités pour la lutte démocratique du pouvoir sont consacrées par cet article de la constitution. »

Lors de sa rencontre avec la diaspora congolaise vivant à Ndjamena, Félix Tshisekedi a déclaré qu’il ne trouve aucun problème que les prisons soient remplies des politiciens qui sont dans les mensonges et accusations sans fondement.