Fonction publique : Jean-Pierre Lihau lance les travaux d’évaluation du protocole d’accord de Bibwa entre gouvernement et intersyndicale nationale


Le vice-premier ministre, ministre de la fonction publique, Jean-Pierre Lihau, a ouvert, ce mardi 30 août 2022, les travaux d’évaluation du protocole d’accord de Bibwa du 02 novembre 2021, entre gouvernement et l’intersyndicale nationale de l’administration publique (INAP).

Fidèle Kiyangi, président de l’INAP, a, l’occasion de l’ouverture de ces assises, exprimé sa reconnaissance au chef de l’État, Félix Tshisekedi et au gouvernement, dans la mise en œuvre des différentes résolutions.

De son côté, le numéro 1 de la fonction, Jean-Pierre Lihau trouve anormal qu’après la succession de plusieurs gouvernements, qu’un fonctionnaire certifié reste impayé des années durant.

« le fait qu’un fonctionnaire certifié de l’État soit impayé durant des années, est devenu un phénomène normal. Des régimes changent, les gouvernements se succèdent, les années passent mais cette question demeure intacte, mieux elle s’empire», a-t-il décrié.

D’ajouter :

« Le temps est venu, mesdames et messieurs, de nous arrêter un moment. Stop! Arrêtons-nous ! Et essayons de faire les choses autrement».

Jean-Pierre Lihau a, en outre, estimé bon d’augmenter les salaires des uns et des autres, mais il est surtout préoccupé par l’augmentation de salaire de ceux qui sont dans le niveau zéro.

Les deux parties, c’est-à-dire gouvernement et intersyndicale nationale de l’administration publique (INAP), s’accordent sur les progrès enregistrés depuis la signature dudit protocole d’accord, qui sont les suivants :

  • La poursuite de l’assainissement du fichier de référence de l’administration publique et recensement biométrique des agents et fonctionnaires de l’État ;
  • Le rabattement de l’impôt professionnel sur le revenu (IPR) ;
  • L’augmentation du salaire de base faisant passer le huissier de 165.000fc à 244.000fc soit une augmentation de 45% ;
  • La reconfiguration structuro-fonctionnelle de la caisse nationale des agents des services publics de l’État (CNSSAP) ;
  • La mécanisation de plus de 25.000 agents non payés ;
  • L’amorce du processus de la mise à la retraite des fonctionnaires qui sont éligibles.

Ces travaux d’évaluation Iront jusqu’au 1er septembre prochain.

Roger MADUKU