Insécurité dans l’Est de la RDC : la CENCO projette une marche pacifique le 04 décembre prochain


Les évêques de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), annonce une marche pacifique en date du dimanche 04 décembre prochain, pour dénoncer tout projet visant la Balkanisation de la République Démocratique du Congo.

Dans une déclaration rendue publique ce jeudi 10 novembre 2022, de suite de leur assemblée plénière extraordinaire tenue du 7 au 9 novembre dernier à Kinshasa, la CENCO s’est dit préoccupée par la dégradation de la situation sécuritaire de la RDC en général, et de l’est en particulier avec l’incursion de M23 soutenus par le Rwanda, occupant une grande partie du territoire de Rutshuru, et menace la ville de Goma.

«L’heure est grave. Notre pays est en danger! Ne laissons pas balkaniser la RDC. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, ainsi que dans la diaspora, mettons-nous tous debout pour sauvegarder l’intégrité territoriale de notre Pays. A cet effet, nous invitons les chrétiens et les personnes de bonne volonté à jeûner, à prier, à poser des gestes de solidarité envers les déplacés. Aussi, nous convions tout le monde à marcher pacifiquement le dimanche 04 décembre 2022», lit-on dans cette déclaration.

Aux éléments des FARDC, la CENCO exige un sens très élevé de patriotisme, de fidélité et de sacrifice, avant d’encourager les efforts diplomatiques comme solution éventuelle à la «tragédie».

«Cependant l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale ne sont pas négociables. Dans ce même registre, il faudrait aussi éviter les alliances avec ceux qui ont développé une forme de mercantilisme militaire ayant comme vraies motivations le pillage des ressources naturelles de la RDC et l’occupation de ses terres», tranche la CENCO.

Les prélats catholiques exige des autorités de réduire impérativement le train de vie des institutions et des dirigeants en vue de renforcer les moyens de défense, moderniser, équiper conséquemment l’armée, et bien motiver les forces de sécurité.

Par ailleurs, la CENCO dénonce l’attitude hypocrite qui relève une certaine complicité de la communauté internationale et les organisations régionales, disposant des leviers pour faire justice au peuple congolais.

Les rebelles du M23, depuis la reprise des hostilités avec l’armée loyaliste, occupent les localités de Bunagana, Rutshuru et Kiwanja, à l’origine des déplacements massifs de la population.

Samyr LUKOMBO