Abus sexuels en milieu sportif : Serge Nkonde saisit son homologue de la Justice pour l’ouverture d’une réquisition d’information à ce sujet


Le ministre des sports et Loisirs, Serge Nkonde a saisi son homologue de la justice, Rose Mutombo, pour l’ouverture d’un réquisition d’information au sujet des actes d’abus sexuels et pédocriminalité en milieu de sport Congolais. L’information est rapportée par Sport News Africa.

Dans un communiqué publié le lundi 14 Novembre, la Fédération congolaise de football association (FECOFA) a appelé les dirigeants de clubs dont les entraîneurs sont cités par l’enquête du journaliste Romain Molina comme auteurs des actes d’abus sexuels et pédocriminalité, à les suspendre d’une manière préventive.

Au total, 15 entraîneurs sont sur la liste. Il s’agit de :

  • Enock Mangala, président et coach du FC Mangala;

  • Blaise Ntumba Balay, président et coach de l’AS Balayi;
  • Glody Tusevo Magoda, plus connu sous le nom de Coach Magoda. Passé par le club de Fly et d’une autre équipe, Salvator (dans la commune de Lemba, à Kinshasa, dans le quartier Livulu);
  • Coach Fueto, entraîneur à Lokola Mutu;
  • Coach Bibey, de son vrai nom Charles ;
  • Kahumba, aujourd’hui entraîneur à Ceforbel et anciennement à Belor d’où il a été renvoyé pour ces faits. Ancien entraîneur de Bel’or qui avait la particularité de mettre du rouge à lèvres au moment de passer à l’acte;
  • Coach Izé, ancien entraîneur de Bleu-Ciel dans la commune de Barumbu;

    • Coach Sokola, entraîneur impliqué depuis le début des années 2000 dans la commune de Barumbu;
  • Coach Lama, entraîneur de Jama Sport;
  • Coach Miple, entraîneur du FC Makila dans la province de Bandundu;
  • Coach Grady Matondo, entraîneur adjoint à l’OC Jupiter ;
  • Coach Vea du MK Étanchéité, de son vrai nom Mbanza Fiston ;
  • Coach Glody Kabongo, entraîneur au FC Salvador. Anciennement entraîneur à Jeune Talent, avant son récent changement de club.
  • Coach Guy Mbole ;

Par la même occasion, la FECOFA a appelé les entraîneurs cités à se mettre à la disposition de la commission d’enquête de la Fédération et/ou des instances judiciaires compétentes.