Agression de la RDC : la société civile du Nord-kivu demande au gouvernement de construire un mur d’au moins 10m avec le Rwanda


La société civile du Nord-kivu, à l’est de la République démocratique du Congo, demande au président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, d’instruire au gouvernement central d’initier le projet de construction d’un mur avec le Rwanda, considéré comme pays agresseur de la RDC, par son appui aux rebelles M23 qui s’affrontent depuis de nombreuses semaines maintenant, avec les militaires congolais en territoire de Rutshuru.

Dans un document consulté par notre rédaction mercredi 23 novembre, cette structure citoyenne veut un mur d’au moins 10 mètres de hauteur avec le pays de Paul Kagame.

« Au chef de l’état de la République démocratique du Congo d’instruire au gouvernement d’initier d’un mur d’au moins 10 mètres de hauteur entre la RDC et le Rwanda ; considérer le M23/RDF comme une rébellion étrangère au même titre que que les ADF, les RED TABARA, les MBOROGO, et les FDLR; Appuyer et accompagner les initiatives des populations de l’est de la RDC visant à se libérer de l’agression Rwandaise », peut-on lire dans ce document pour le mot hétéroclite.

Rappelons dans le même registre qu’Adolphe Muzito, ancien premier ministre sous l’ère Joseph Kabila, avait lui aussi demandé aux autorités du pays à construire un mur avec le Rwanda pour éviter des conséquences rituelles de deux nations voisines.

Selon le président du parti politique « Nouvel Élan » dans une tribune du juin dernier, les travaux de construction de ce mur pourraient coûter au gouvernement congolais, une somme de 506 478 000 millions de dollars américains. la République démocratique du Congo va devoir débourser 163 380 000 $ pour la partie urgente dont 159,6 millions USD pour le béton pour ouvrage et 3,7 millions USD pour les 70 km de béton de propreté, estimait l’ex chef du gouvernement.

Michée Efoya