Est de la RDC : le mini-sommet de Luanda instruit la force régionale à faire usage de force si le M23 refuse de libérer les zones occupées


Le mini-sommet de Luanda s’est clôturé tard dans la soirée du mercredi 23 Novembre 2022. Des chefs d’état des pays membres de la CAE ont pris part, c’est notamment Joao Lourenço ( Angola, hôte), Félix Tshisekedi (RDC) et Evariste Ndayishimiye (Burundi). Le Président rwandais s’est fait représenter par son ministre des affaires étrangères.

À l’issue de cette rencontre qui s’est tenue en présence également de l’ex président du Kenya, Uhuru Kenyatta, plusieurs résolutions ont été prises. Il s’agit entre autres de la cessation des hostilités à partir de ce vendredi à 18h.

Les participants se sont résolus du retrait du M23 des zones occupées et son repli dans ses positions initiales conformément aux conclusions de la réunion extraordinaire des chefs d’état-major généraux des forces armées de l’AEC.

« Si le M23 refuse de se désengager et libérer tous les territoires qu’ils occupent actuellement, les chefs d’état de la CAE instruiront la force régionale à faire usage de force pour les pousser à ses soumettre. » préviennent les chefs d’état dans le communiqué final de ce mini-sommet.

Ils ont également décidé de continuer avec le déploiement intégral de la force régionale de la communauté de l’Afrique de l’Est, «initialement le Kenya va déployer ses contingents à goma, et ensuite à Bunagana, Rutshuru et Kiwanja lors du retrait du M23 à ses positions initiales non au-delà de la ligne le long de Sabinyo (côté RDC), Bigega, Bugusa, Nyabikona, Mbuzi, Rutsiro».

Lors d’une conférence de presse à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya avait fait savoir qu’aucune opération militaire de cette force régionale ne se fera sans les FARDC.

JJ Kitenge