FARDC-M23 : à Luanda, le mini-sommet trouve un accord sur la fin des hostilités à partir de ce vendredi à 18 heures


Le mini-sommet de Luanda, capitale d’Angola , réunissant mercredi, quelques personnalités de pays africains de “CAE” dont, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, président de la République démocratique du Congo, Evariste Ndayishimiye, président de la République du Burundi et président en exercice de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), a trouvé un accord, concernant la fin des hostilités en territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, (Est de la RDC), qui opposent les militaires congolais aux rebelles M23, que Kinshasa et les experts de l’ONU, accusent le Rwanda de les soutenir.

Dans son communiqué final, le mini-sommet prévoit la désescalade dès vendredi à 18h, tout en précisant , le retrait des forces rebelles des «zones occupées» en territoire congolais, par exemple la cité de Bunagana, située à la frontière avec l’Ouganda, et non loin du Rwanda, pour se replier dans ses positions initiales et ce, conformément aux conclusions de la réunion extraordinaire des chefs d’Etat-Major Généraux des Forces Armées de l’EAC du 8 novembre 2022, tenue à Bujumbura, République du Burundi, sous le contrôle de la Force Régionale et du Mécanisme ad hoc en collaboration avec la MONUSCO, pour instaurer la paix dans la région après de nombreuses tentatives.

Outre Félix Tshisekedi, chef de l’état congolais et son homologue du Burundi, Evariste Ndayishimiye, Vincent Biruta, ministre des Affaires Etrangères et Coopération Internationale du Rwanda, représentant de Paul Kagame et Uhuru Kenyatta, ex président Kenyan et Facilitateur désigné par la CAE pour la mise en œuvre du processus de paix de Nairobi ont également pris part dans ce sommet qui aura presque, mis fin à l’insécurité qui fait rage dans le Nord-Kivu, depuis la reprise des intenses combats.

Pour rappel, le président de la République du Rwanda, Paul Kagame avait accepté la semaine dernière, d’exhorter les rebelles M22 à cessez-le-feu. C’était après des appels téléphoniques initiés avec Uhuru Kenyatta.

Michée Efoya