RDC: Patrick Muyaya représente le gouvernement à la Messe pour les victimes de massacres à Kishishe


Après les trois jours de deuil national décrété par le président de la république, suite à des massacres enregistrés du samedi 26 au dimanche 27 novembre 2022, la communauté hutu vivant à Kinshasa a initié, le mercredi 7 décembre dernier, une messe pour le repos des âmes des victimes de la barbarie du régime de Kigali par le biais des terroristes du M23, à Kishishe dans la localité de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu.

Le Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya Katembwe, a représenté valablement le Gouvernement à cette célébration eucharistique à la paroisse Sacré Cœur dans la commune de Gombe/Kinshasa.
Ainsi plusieurs autres autorités ont rehaussé de leur présence ce moment de prière, notamment le Ministre de l’Agriculture, Désiré M’zinga Birihanze, du député national Elvis Muntiri wa Bashara et de la députée nationale Louise Munga.

Dans la foulée, le Ministre Patrick Muyaya a souligné que cette célébration avait comme objectif de prier pour les compatriotes qui ont été lâchement exécutés.
« Cette messe est pour signifier notre solidarité, notre compassion aux membres de communautés qui ont été directement touchés. C’est aussi une occasion pour dire notre soif de la justice parce que ces massacres ne peuvent continuellement se perpétrer et rester impunis. La justice qui a déjà commencé à travailler et qui continuera à travailler parce que ceux qui sont responsables de ces morts doivent être sévèrement punis. », a-t-il insisté.
A cette occasion, le Ministre de la Communication et Médias a de nouveau lancé un message à l’unité face à l’ennemi.
« C’est lorsque nous sommes touchés, nous sommes dans le malheur, que nous nous unissons », a-t-il affirmé.
« Notre ennemi est connu. Notre ennemi est identifié. C’est dans l’unité que nous allons combattre l’ennemi dans toute sa stratégie. » martèle t-il.
Entre-temps, l’une des solutions aux crimes perpétrés dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) reste le recours à la justice tant nationale qu’internationale afin de sanctionner tous les auteurs des tueries en masse. Une option prise par le Gouvernement congolais qui a d’ores et déjà engagé des contacts officiels auprès de la Cour pénale internationale à son siège, à la Haye au Pays-Bas.
« Aujourd’hui, c’était aussi l’occasion de dire qu’au-delà de la justice, au-delà du deuil, les compatriotes décédés méritent chacun une sépulture digne. Nous nous assurerons dès que les choses seront rétablies pour que la paix de leurs âmes puisse être consacrée en leur réservant des tombes. Le Gouvernement va y travailler. Nous continuons à défendre la patrie. De ce point de vue, chaque congolais doit défendre la patrie avec ce qu’il a. », a expliqué le Porte-parole du Gouvernement congolais.

De son côté, le député national Elvis Muntiri a invité «le peuple congolais à participer massivement à l’appel à la solidarité lancé par le Chef de l’Etat congolais, Félix-Antoine Tshisekedi ».
Quant à lui, Ezéchiel Sebuliri Bizimana, a estimé que la communauté hutu, dont il est le représentant, paie le lourd tribut de différentes guerres depuis 1996 à ces jours.
Tout en remerciant le Président Félix-Antoine Tshisekedi pour les efforts déployés en vue de restaurer la paix, Ezéchiel Sebuliri a toutefois recommandé que justice soit rendue aux victimes de toutes les atrocités commises à l’Est du pays.

Pour rappel, du samedi 26 au dimanche 27 novembre 2022, les terroristes du M23 ont perpétré des massacres à Kishishe, localité située dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Le bilan provisoire de ces tueries en masse à Kishishe s’élève à 272 morts, selon les chiffres avancés par le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC).